• Si on les écoute, ils veulent tous faire la révolution mais en même temps il ne faut pas trop bousculer leurs habitudes, on va s'accorder avec un tel ou tel autre, à qui on accordera telle place de ministre, ou tel siège aux législatives, c'est la révolution mais dans l'ordre, avec une distribution à x ou y qui fut bien méritant... Et nous, on regarde le jeu des chaises musicales. Je me disais aussi : c'est ainsi, il va falloir sacrifier des places ( à melenchon par exemple, qui est un vrai boulet... Je peux le dire maintenant ). Mais je commence à me dire qu'après tout, celui qui va voter est comme moi, il se moque des places à attribuer, ce qu'il veut c'est du résultat. Ce système de placement interne fait qu'il n'y a pas moyen de travailler en toute indépendance. Il faudrait un groupement qui ose passer par dessus ce mic mac politicien pour s'adresser directement à celui qui est concerne avant tout : l'électeur. Je dirais même plus, le citoyen, électeur ou non. Je rêve ? Mais ne parlait on pas de révolution ? Qu'est ce que les indignés ? Et Les révolutions arabes ? Évidemment ce n'est pas ordinaire. Mais on ne s'en sortira pas avec de l'ordinaire. On va juste en reprendre pour cinq ans.

    ----------------------------

    2012 : mes pensées vont au Japon.

    ----------------------------

    Et puis ça suffit aussi de me suspecter de vouloir être célèbre et adulée, si vous saviez ! À quel point l'argent ne m'intéresse pas. Je n'ai pas non plus de revanche à prendre, tout va bien, merci. Excepté ces inconséquents qui nous détruisent tout... Tant que j'y suis, je vais rappeller que je ne suis pas juste un défenseur des petits oiseaux, j'ai aussi dans mes cartons toute une politique entrepreneuriale que je n'ai pas envie d'exposer ici car les ânes vont se ruer. Pourquoi leur donner une thèse qu'ils sont bien incapables d'exploiter ? Non, je ne doute pas de mes capacités, et encore moins quand je vois qui se présente. Je sais simplement quel travail je peux abattre (je vous l'ai un peu démontré ici même, me semble t'il). 


    votre commentaire
  • Une fois de plus, j'ai ecrit a monsieur melenchon pour lui proposer de faire connaissance, et une fois de plus, aucune reponse. Alors, j'estime maintenant que j'ai eu de la patience - nous, gens du nord, avons plutôt le tempérament calme et placide - mais il y a un moment ou la coupe est pleine : il nous bassine avec la démocratie, la sixieme republique et en même temps il enterre toute candidature qui n'apasl'heurt de lui plaire, bref je me clame démocrate mais j'agis antidémocratiquement en douce. Ce qui m'a vraiment agacée c'est que ma candidature soit ignorée. Qu'elle soit refusée pour telle ou telle raison, d'accord, d'autres candidats n'ont par ailleurs pas été retenus mais qu'on ne daigne même pas m'écouter, ah c'est trop fort ! Sans les voix des communistes, c'est à peine s'il fait 2pour cent, cet espèce de malpoli ! Sourire

    votre commentaire
  • Qui ca ? Mr Melenchon ? Ah ça c'était l'année dernière, du temps des neiges d'antan


    votre commentaire
  • Alors, alors...

    Mais j'étais en colère ! pas la peine de partager

     


    votre commentaire
  • Je ne sais trop que faire en ce moment.

    En le prenant avec le sourire : Lawrence d'Arabie poursuit sa traversée du désert ( le public suit l'histoire et ne fait aucun commentaire ! )

     

    pour revenir à des choses plus sérieuses, 

    je discute avec un ami de droite qui me dit, suite à l'intervention de mr melenchon à la télévision jeudi et sachant que j'ai une proximité avec le front de gauche : mais comment peux tu le soutenir, il veut des choses irréalisables, le smic à 1700e, la taxation à 100% des hautes fortunes, 60 000 fonctionnaires de plus, etc 

    attention, je n'ai pas dit que je soutenais tout ce que dit jean luc melenchon mais monsieur melenchon dit ce qu'il veut, on ne le "refera" pas. Cela ne me dérange pas qu'il fasse des propositions même si certaines peuvent paraître rocambolesques au moins ça bouge, cela donne une autre optique. Et il n'a pas tort sur tous les points. Il dit que les solutions préconisées par les politiciens de droite comme de gauche n'en sont pas, qu'ils reproduisent encore et toujours un type de capitalisme qui nous mènera à notre perte. Il dit qu'il faut trouver l'argent ailleurs (que dans l'augmentation de la tva ou des impôts par exemple), oui. Evidemment après sur les solutions à apporter, ça se discute.

    Je suis d'accord sur les 4 fondamentaux du front de gauche, à savoir :

    1) la sixième république (pouvoir modéré du président de la république, volonté de transparence)

    2)  l'environnement (dont la sortie du nucléaire),

    3) l'Europe ( le traité de lisbonne à renégocier),

    4) le partage des richesses (un secteur bancaire public, un encadrement de la finance)

     


    votre commentaire