• Le chanteur Renaud, qui a soutenu en son temps Mitterrand puis Ségolène Royal, connu pour son ancrage à gauche, a annoncé qu'il était intéressé par François Fillon. Etonnant. En même temps, j'avoue que je ne vois pas non plus qui pourrait bien plaire actuellement dans les rangs de la gauche parmi les déclarés ou plus ou moins déclarés.

    Et Hollande qui oserait se représenter, qui s'y préparerait dit-on, non mais il réalise ?

    A droite, nous avons donc : Mr Sarkozy dans un bruit de casseroles, Mr Juppé dix-huit mois de sursis, Mr Bruno Lemaire un dangereux personnage et en quatrième position François Fillon. A tout prendre... Personnellement si j'étais de droite, je choisirais Fillon. S'il lui arrive de dire parfois des sottises il parait quand même le plus républicain d'entre eux. En plus il s'est brouillé avec Sarkozy :). Quand il était ministre, c'est le seul qui a osé dire, avec sa mine de 36 pieds de long : il n'ya plus d'argent dans les caisses, nous sommes endettés jusqu'au cou. Colère de Sarkozy qui lui la jouait rose bonbon. En attendant le Grand Emprunt du sus-dit, où est-il passé ? Dans un puits sans fonds sûrement, à renflouer les dettes, de même que la vente des autoroutes organisée en ce temps-là. Alors finalement, s'il fallait absolument choisir entre ces seules 4 personnes... Mais il serait très étonnant qu'il soit choisi par ses pairs. 

    A gauche, nous avons Jean-Luc Melenchon qui s'est déclaré. il s'est désolidarisé du Pcf avec qui il avait créé le front de gauche .On l'enjoint de participer à la primaire de la gauche de la gauche qui est en train de se mettre en place mais pour l'instant, il a décidé de la jouer solo. De son côté le Pcf discute avec d'autres tel le mouvement de la Page de Clémentine Autain, Cécile Duflot, des frondeurs etc. pour essayer de créer un mouvement de plus vaste ampleur mais s'ils sont partis, ils ne sont pas arrivés. S'entendre sur un nom va être difficile. Le Pcf devrait proposer un nom mais qui ? Suite au prochain chapitre.

    Une autre possibilité récemment avec "la primaire des français" instiguée notamment par Corinne Lepage et l'écrivain Alexandre Jardin, qui pourrait soutenir un nouveau candidat, émergeant de la société civile ou pas. A suivre. Corinne Lepage en elle-même est une "verte" du tout début, une personnalité intéressante, qui a de bonnes idées mais son mouvement a tout fait pour la mettre au rancart. Hé non, elle bouge encore ;)

    On est pas sortis de l'auberge !

     

     petite mise au point de Renaud : http://www.huffingtonpost.fr/2016/04/04/renaud-francois-fillon_n_9610496.html

     


    votre commentaire
  • Apparemment personne ne trouve rien à redire au fait que vient d'être ajouté à la loi travail la taxation des cdd, afin de favoriser les cdi dit-on, du miel plein la voix. 

    Alors vu de loin, bien sûr, c'est "tout bon" pour les employés qui préfèrent évidemment être recrutés en cdi qu'en cdd, j'entends bien. Mais on discute ici d'une loi pour favoriser le travail, il me semble que cela veut dire trouver du travail à ceux qui n'en ont pas, c'est cela le problème principal. Certes quand vous avez un cdd forcément vous préfèreriez avoir un cdi mais c'est mettre la charrue avant les boeufs. Le travail, il n'y en a pas ! Le but c'est de le chercher, pas d'améliorer celui qui est en place, du moins pas tout de suite.

    La seule possibilité est de limiter le nombre des cdd et de vérifier leur adéquation mais ici il s'agit de les taxer... Comment vont réagir les entreprises à votre avis ? Elles vont gentiment faire des cdi à tout le monde pour éviter de payer plus cher des cdd ? Allons donc. Je pense plutôt qu'elles vont s'abstenir et que cela va entraîner une période de repli.Un cdd pour une entreprise permet aussi de tester le salarié d'une part, et de faire face à un surcroit d'activité de l'autre (même si parfois il y a des abus). Et comment vont faire les entreprises saisonnières, elles vont encore payer des taxes supplémentaires ? Et les petites entreprises qui peinent déjà à embaucher ? 

    C'est de la démagogie, voilà tout. On caresse dans le sens du poil au détriment de la communauté. Ou c'est pour faire passer le reste, peu importe. Juste une erreur de +

     


    2 commentaires
  • Hé bien, comme dit en 2012, il n'y avait vraiment rien à dire sur Mr Hollande... Rien à espérer

    Au sujet de la loi El khomri et ses transformations, il a émis une idée fracassante (qui n'a même pas été reprise par les médias tellement il n'y avait rien à en dire) : il s'agissait de taxer les entreprises qui recrutent en cdd afin de favoriser l'emploi en cdi... ^^ je ne sais pas, ça doit être de l'humour. Sûr que ce genre de mesures, ça risque de favoriser l'emploi. Pas de suite donnée à l'idée géniale. (un ange passe)

     Pour Mr Sarkozy, la justice a décidé d'inclure les écoutes de son second téléphone (celui qu'il avait sous le nom de "Paul Bismuth") au grand dam de ses avocats.

    --------------------------

    On se demande comment ça va finir, tout ça.


    votre commentaire
  • Un petit tour d'horizon ?

    3 sujets d'actualité : la Syrie, la Palestine, l'Ukraine.

    Suite de la Syrie : apparemment les troupes de Bachar auraient utilisé des gazs qu'ils n'avaient pas répertoriés dans les armes chimiques à détruire. Quelques dizaines d'individus atteints (une partie décédés) Comme la fois précédente, ce seraient des gazs appartenant aux rebelles ... On peine à le croire. Et puis il avait été décidé de faire des élections prochainement. Sauf que depuis, Bachar a évoqué des clauses si restrictives qu'on se demande qui pourrait se présenter à part lui-même - il ne faut pas avoir quitté le pays depuis cinq années et autres subtilités. Donc voilà il tourne autour du pot.  (il y a eu 9 candidatures déposées, mais la validité de chacune d'elles sera examinée juste avant le scrutin.)

    pour la Palestine: de notable, il y a alliance entre le hamas et le fatah , soit les 2 factions palestiniennes, l'une réputée plus "dure" que l'autre. 

    L'Ukraine et la Russie... La moitié des ukrainiens qui crient au secours, Poutine ne peut pas ne pas y aller, ne serait-ce qu'aux yeux des russes, il serait inconcevable de ne pas répondre à l'appel d'une ancienne province. Ce qui l'arrange sûrement, il ne faut pas être fou. L'opération se fait pratiquement sans coup férir, cela devient difficile de s'y opposer, ou bien en arguant le droit des peuples à disposer d'eux mêmes par une élection ? moué A suivre. Il risque d'avoir un pied en europe, mais ils ont déjà eu le goût de l'indépendance alors il faut voir plus tard


    votre commentaire
  • Oui, le costume devenait pesant... Et je n'ai rien à dire de mr Hollande.

     

    Mais je m'aperçois que je n'ai pas donné l'épilogue de la guerre en Libye. Je repense aux caravanes et troupeaux qui à un instant donné de l'histoire ont traversé le désert pendant la nuit d'est en ouest pour rejoindre le côté de la rébellion, action méritoire qui fut relayée par les médias. Il y avait bien sûr le but guerrier : ne pas laisser de vivres aux troupes adverses qui voyagent sans nourriture, ce qui aurait tout au moins servi à ralentir l'adversaire. Cependant cet épisode qui peut ne pas apparaître comme décisif marque à mon sens le tournant de la guerre. Par la galvanisation qui s'ensuivra car ce type de guerre est un mode parlant pour les gens là-bas. A partir de là, les rebelles ne vont plus reperdre de terrain. Juste une bourgade le lendemain, terre qui se situait approximativement au milieu de la Libye et qui fut reprise aussi vite le jour d'après. Puis l'avancée, bien que freinée par la conquête des villes continuera jusqu'à l'assaut final, avec l'appui des forces alliées.

    Qu'en est-il aujourd'hui ? Des désaccords de clans ont un temps embrumé les relations, ce qui était pratiquement couru d'avance. Certains se reprochaient leur degré de participation mutuelle, ce qui est un faux procès car cela dépend aussi des conditions, il est plus difficile de se rebeller quand on est à portée du palais de Kadafi et que des liens unissaient son clan au sien. Malgré tout ils ont au minimum laissé faire, retardé, et il faut leur en savoir gré. Il subsiste à ce jour d'autres troubles (un ministre enlevé puis relâché, terminal pétrolier bloqué plusieurs mois, etc) mais je ne doute pas que ça va s'arranger. 

    Tout cela ne nous donne pas l'épilogue :-)

    -------------------------------------------------------------------

    C'était lors de la guerre et des anciens étaient assis à l'extérieur sur des chaises devant la maison. Ils regardaient et attendaient avant de pouvoir raconter dans les chaumières le conte qui leur était revenu, car il faut d'abord savoir la fin ! mais cela se dessinait déjà doucement. ils peuvent raconter maintenant

    ------

    C'est l'histoire d'un roi - peut être avez-vous déjà entendu cette histoire :)

    C'était un roi voilà tout et ce roi avait des enfants. De nombreux enfants qu'il choyait tous autant les uns que les autres.

    Les enfants grandirent entourés de tout l'amour de leurs parents, ils ne manquèrent jamais de rien. Bientôt se trouvant décidément la plus jolie, l'une voulut devenir reine de beauté et elle le fut, vêtue et maquillée comme une princesse, l'autre voulut devenir ministre des armées et arbora l'uniforme, le troisième réclama l'économie car il ne voulait pas être en reste, aussitôt les suivants d'agripper le vieux père pour avoir qui le contrôle de toutes les stations du pays, qui pour posséder ceci qui pour cela. Le père leur cédait en tout, leurs moindres désirs étaient exaucés. Et ils voulaient toujours plus, encore plus. Jusqu'à son trône fut menacé par l'un d'entre eux qui aurait aimé s'y mettre et il pardonna. Ah ça il était gentil avec les siens mais avec les autres... Dans le pays on commençait à trouver qu'ils mangeaient décidément beaucoup et qu'ils avaient de grandes bouches, ceux-là et il y eut une révolution. Auraient t'ils toujours supporté le vieux roi sanguinaire ? S'il avait été seul, ils auraient sûrement encore plié quelques années mais là... Au cours de la guerre, le roi mourut, certains des siens furent tués ou emprisonnés, le reste de la famille dispersé

    La morale de l'histoire est : voilà ce qui arrive lorsqu'on gâte trop les enfants, vois-tu, petit et rappelle t'en quand tu demanderas

    surtout par les temps qui courent ;-)

    ----------------------------------------------------------------------

    Ceci était juste un conte, ce qui n'exclut pas les horreurs de la guerre.


    votre commentaire