• front de gauche, qui quoi, où

    J'ai donc assisté à 3 réunions publiques du Front de gauche où étaient présents entre autres monsieur melenchon, martine billard (députée, co-présidente du parti de gauche avec mr melenchon depuis le congrès du mans) mr pierre laurent (à la tête du pcf) marie george buffet, le juge alphen, des maires, nombre autres intervenants pas forcément cités mais pas forcément inintéressants, également le secrétaire général de la gauche unitaire mr christian Picquet, troisième parti participant au front de gauche.

    La première réunion était un forum sur les retraites (Paris champ de mars) avec une proposition de loi sur la retraite à 60 ans instiguée notamment par martine billard, ci présente. Plusieurs autres intervenant(e)s dont mr melenchon, mr laurent et mr picquet. Discussions également autour de la prise en charge de la dépendance, (thème mis alors à l'ordre du jour par mr sarkozy), la financiarisation, les fonds de pension etc. Seconde réunion : à Nanterre, deuxième forum "démocratie et institutions : 6 h pour la sixième république". Troisième : à La courneuve, réunion informelle, : marie-george buffet en invitée, le maire de la courneuve, mr melenchon .. la parole est laissée principalement à la salle.

    Rassurez vous je ne vais pas passer en revue toutes les idées émises

    pour faire un peu le point, aujourd'hui trois partis sont donc réunis au sein du front de gauche. le npa qui lors des élections régionales avait parfois fait alliance avec le front de gauche -ce qui avait plutôt donné de bons résultats- ne veut pas se rallier, je suppose que c'est à cause d'un point théorique : le npa est opposé au système républicain (je ne sais pas trop ce qu'ils proposent à la place?). Ainsi, besancenot s'est présenté aux élections présidentielles tout en disant qu'il ne voulait pas être président et qu'il refuserait la place. Libre à lui. FO aussi fait cavalier seul. On a donc une déclinaison : parti de gauche, pc et gauche unitaire.

    Un petit mot auparavant sur les lieux. Si le premier forum a eu lieu dans une salle du centre parisien, les suivants étaient dans la couronne, en "banlieue rouge" comme dirait Renaud. Je crois que c'est bien d'aller partout, tout le monde ne peut pas le faire. Sur l'ambiance générale, c'est convivial, un petit buffet ou un stand café sont souvent prévus, les gens échangent assez facilement. C'était appréciable que la parole soit donnée à tout le monde, ça ne se passe pas comme ça ailleurs (et moi, personnellement j'aime bien avoir l'avis de la coiffeuse d'en face. les gens communs sont souvent plein de bon sens comme nous allons le voir.

    Revenons à la première séance, sur les retraites. Le sujet est battu, rebattu, il en ressort que le front de gauche campe sur ses positions : il faut revenir à la retraite à 60 ans et ce sera fait en cas d'accession au pouvoir. Un voeu pieu? Cela n'en a pas l'air. Ils sont absolument convaincus qu'on peut financer par d'autres moyens. C'est possible, je ne m'engouffre pas dans la polémique. Ce n'est pas ce qui m'intéresse ici. Puis il y a eu une réflexion portant sur : les gens se sont mobilisés pour cette fois mais aujourd'hui la fièvre est retombée, les gens se désintéressent même du problème. Soit : comment faire pour remobiliser les gens, faudra t'il trouver un autre thème fédérateur? éventuellement lequel.

    Arrêtons nous juste là. Quel est le constat? Le constat est : l'opinion est versatile, il faut toujours la nourrir, oui, il faudra trouver un autre thème, certainement, un thème qui serait en réaction au gouvernement, il y a des chances, ce qui signifie être réduit à attendre la mise en place d'un thème pour s'y opposer (être tributaire de l'idée de l'autre pour en prendre le contrepied) hum ce n'est pas très positif. Dautre part, l'opinion versatile a bon dos, quelque part cette loi est passée, difficilement mais elle l'est, si on veut la revoir dans dix ans on verra, pour le moment je me demande si on a intérêt dans le cadre d'une stratégie à s'accrocher à ce thème qui respire l'ancien. Il faut savoir perdre, en quelque sorte. Ce n'est plus une idée à mettre à la une. Cette citadelle est perdue, ce n'est pas la peine d'y revenir pour l'instant, cela n'exclut pas quelques améliorations (sur la pénibilité etc). Il y a d'autres débats.

    d'ailleurs ils sont ennuyés avec ce débat, clémentine autain dit ne pas vouloir faire alliance à cause du pb des retraites.

    Je ne pense pas qu'ils changeront totalement leur fusil d'épaule mais je pense qu'ils devraient jouer sur le fait qu'ils sont plusieurs pour renvoyer des facettes différentes.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :